Servantes des Pauvres
Oblates bénédictines

Un seul et même amour

« Un seul et même amour au service du Seigneur et des Pauvres. » Ces quelques mots résument la vocation des Servantes des Pauvres, vocation à laquelle j'ai choisi de répondre en entrant au Noviciat il y a quelques mois. Comment dans notre monde sécularisé peut-on encore faire le choix de tout quitter pour suivre le Christ dans la vie religieuse ? « La folie de Dieu est plus sage que les hommes », nous dit Saint Paul, et c'est bien à cette sage folie que je me suis sentie appelée en me laissant conduire jusqu'ici.

Sœur Marie Annunciata

Une vocation religieuse, c'est l'histoire d'une rencontre : rencontre d'amour entre Dieu et l'appelé… Dès l'enfance, le Seigneur m'a en effet donné la grâce de grandir dans une famille chrétienne, où la foi transmise par nos parents tient une grande place. La Messe dominicale, la prière en famille, le catéchisme ou encore le scoutisme sont autant d'éléments qui m'aident à cheminer dans l'amour du Christ. A la fin de l'adolescence, alors que je suis « confortablement installée » dans ma vie de jeune chrétienne, arrivent les grandes questions d'orientation pour l'avenir. C'est l'heure que le Seigneur choisit pour raviver en moi cette flamme de la foi, qui ne brille alors que bien timidement.

La divine Providence va mettre sur mon chemin des personnes, pétries de l'amour de Dieu et du prochain, qui vont réveiller chez moi ce désir de rencontrer personnellement le Christ. Inscrite au lendemain du Bac dans une filière en sciences de l'éducation à Angers, je me prépare à quitter ma Normandie natale et ma famille. Cet été-là, une petite annonce d'un journal catholique attire mon attention : un centre aéré tenu par des religieux recherche des jeunes motivés pour animer les journées d'enfants défavorisés. Je décide de me lancer dans cette aventure, ne sachant pas trop à quoi m'attendre ; mais l'expérience, me dis-je, sera toujours bonne à prendre.

Or, là-bas, une rencontre, aussi imprévue que bouleversante, m'attend…: le Seigneur est là, qui va me faire redécouvrir la grâce de l'Eucharistie, célébrée quotidiennement pour nous. Après des années d'une vie de foi toute tranquille, parfois même un peu tiède, je suis secouée par un appel pressant au fond de moi, appel à vivre dans une plus grande intimité avec le Seigneur. Mais quelle paix règne dans mon cœur ! Je vois bien à ce moment-là que je tiens un trésor entre les mains, mais comment en vivre maintenant ? Poussée par ce que je comprendrai plus tard être le Souffle de l'Esprit, je demande à un Père de la communauté, habitant Angers durant l'année, de m'accompagner sur ce nouveau chemin qui s'ouvre devant moi : nouveau départ et début d'une grande aventure !

Je vais alors apprendre peu à peu, guidée par ce Père et par une pratique plus assidue des sacrements, à poser les bases d'une vraie vie chrétienne, fondée sur la prière. Et c'est dans le silence de la prière justement que le Seigneur m'attend, pour me révéler doucement les desseins de son amour pour moi : deuxième rencontre, plus profonde encore que la première… « Viens, suis-moi », ces trois petits mots me reviennent de plus en plus souvent à l'esprit, et mon âme est tellement inondée de cette joie toute nouvelle, que je m'entends répondre tout simplement « que ta volonté soit faite Seigneur, et non la mienne ! »

Le combat n'est pas gagné pour autant et je vais devoir mettre jour après jour ma confiance en Celui qui m'invite à ne vivre que pour Lui, pour dépasser les doutes et les obstacles, consentir également aux sacrifices inévitables que cet appel engendre. Mais le Seigneur veille et me fait alors sentir plus fortement encore que son amour surpasse tout amour humain, que Lui seul pourra combler mon cœur : quel mystère !

Un long chemin de patience débute alors, où il me faut mûrir cette vocation qui enflamme mon cœur : plusieurs mois pour apprendre la persévérance dans la prière, période où je vais également mettre tout mon cœur au service des autres… Et le chemin commence à s'éclairer : c'est dans une vie donnée au prochain que Tu me veux Seigneur. Mais où ? Quand ?

La rencontre un été d'une jeune Servante des Pauvres sera ce déclic qui va me pousser à approcher quelques communautés religieuses de plus près. Celle de ces sœurs en particulier m'attire et cependant, la décision de la découvrir de l'intérieur va être longue à prendre… peut-être à cause de ce pressentiment que quelque chose d'important va se jouer ici. Et de fait, le jour-même où ce pas a été fait, je me suis sentie tellement bien, presque comme si j'étais déjà en famille au milieu de ces sœurs, qu'il n'y avait pas de doute : c'est là que le Seigneur m'avait donné rendez-vous !

En approchant l'apostolat des sœurs, je prends alors progressivement conscience que ce désir de me donner aux autres se réalisera auprès de ces Pauvres qu'elles servent avec tant de soin et de charité ; auprès de ces enfants aussi accueillis dans les patronages et au catéchisme ; et également dans la vie commune qu'elles savent rendre si fraternelle. Me voilà conquise par cette forme de vie où sans cesse les sœurs sont invitées à puiser à la source de l'Eucharistie et de la prière, la force d'accomplir dans la joie et l'amour leur apostolat.

« Un seul et même amour au service du Seigneur et des Pauvres », voilà ma nouvelle vie, voilà ma vocation, pour la gloire de Dieu et le salut des âmes !

Sœur Marie Annunciata
Novice Servante des Pauvres