Servantes des Pauvres
Oblates bénédictines

La Chapelle Saint Sauveur
La coupole

 

La blanche coupole noble, élégante et gracieuse, qui surplombe la chapelle s'élève harmonieusement et domine le vaste horizon du Val de Loire de ses 30 mètres de haut.
Extérieurement, elle porte l'inscription :

« FAMULAE INFIRMORUM PAUPERUM AS 1878 -
DOMINO SALVATORI HOMINUM AS 1888 »

Elle est surmontée d'un lanterneau qui abrite la statue du Sauveur-Roi. Cette statue de trois mètres cinquante de haut est en pierre dure, faite de trois parties : le socle ou la base avec les jambes du Sauveur ; la seconde partie comprend le Christ jusqu'au buste ; la troisième, les épaules et la tête. A la demande de Dom Leduc, le Pape Pie IX a accordé une indulgence à tous ceux qui, en levant le regard vers cette statue, diront :

« JÉSUS, SAUVEUR DU MONDE, AYEZ PITIÉ DE NOUS ».

« J'ai confiance, avait dit Dom Leduc, que les pauvres ouvriers des Ardoisières, se tourneront vers cette statue et qu'ils imploreront son secours, surtout au moment du danger. Je prie le Sauveur de les bénir ».

 

Le 13 juin 1877, Dom Leduc écrivait à son Père Abbé de Solesmes, Dom Couturier : « Au moment de partir pour Solesmes, j'ai reçu avis qu'on allait commencer un travail important. Il s'agit de chaîner la coupole, et de la relier avec les autres parties de la chapelle, au moyen d'énormes barres de fer. Ce n'est pas une petite affaire, puisqu'il y entre plusieurs milliers de kilos, et que la solidité de la future coupole dépend de cette opération. Nous pressons les travaux, autant que possible.- Il reste à peine le temps nécessaire pour couvrir, avant l'hiver. »

En 2007, lors de la restauration intérieure de la chapelle, plusieurs fractures - dues à la pesée énorme qu'exerce la coupole sur ses bases - ont été repérées à la croisée des transepts et ont nécessité la pose de prothèses : soit une vingtaine de broches en acier, de près d'un mètre de longueur. Grâce à cette opération ardue, la solidité de l'édifice est désormais assurée de défier les siècles.