Servantes des Pauvres
Oblates bénédictines

Au fil des jours

« Retour aux nouvelles

Dies Natalis : messe en mémoire de notre fondateur27-11-2013
Dom Camille Leduc

Dies Natalis… En ce 27 novembre, comme chaque année, la messe a été chantée en chacune de nos communautés en mémoire de notre fondateur, le Serviteur de Dieu, Dom Camille Leduc. Et, dans quelques jours, le 30 novembre, Père Loïc de Courville, l'un des historiens de la Cause de béatification, se rendra en Italie pour un séjour de travail sur les lieux où vécut Dom Leduc. Il s'agit de récolter tous les documents qui peuvent intéresser la Cause, et donc de faire des recherches patientes et éclairées dans les Archives. Celles choisies par le Père de Courville sont notamment les Archives Vaticanes, puis celles de la célèbre Abbaye du Mont Cassin où Dom Leduc fut Maître des Novices pendant 9 ans. Le procès de béatification a été ouvert le 22 juin 2009. Le Postulateur de la Cause est l'abbé François Régis Moreau, prêtre de la communauté Saint Martin.

L'an du Seigneur 1895
Le 27 novembre
Le retour à Dieu de
 

Dom Camille LEDUC

Né à Angers, le 21 mars 1819, Camille LEDUC entra à l'Abbaye St Pierre de Solesmes après quelques années de séminaire et y fit profession le 8 septembre 1847.

Afin de pallier aux difficultés matérielles de son monastère, le jeune novice se vit confier par son Abbé des tournées de quêtes en France. Il y montra la mesure de son dévouement, mais au détriment de sa santé. Tombé gravement malade en 1850, Dom Guéranger l'envoya à Rome à l'abbaye St Paul-hors-les-Murs où il enseigna le français et la théologie. Déjà orné de cette gravité religieuse qu'il avait toujours conservée, il fut par ordre apostolique admis aux Ordres sacrés et reçut l'Ordination Sacerdotale, le Samedi Saint 1853, en la basilique Saint Jean de Latran.

Homme de foi humble et droit, ce fils de Dom Guéranger fit impression sur les abbés italiens par la sincérité avec laquelle il menait sa vie monastique. Ceux-ci, soucieux de réformer par l'intérieur la Congrégation Cassinienne, lui confièrent la lourde responsabilité du noviciat de la célèbre abbaye. Dans cette fonction délicate, qu'il remplit durant huit années, le nouveau Père Maître révéla la qualité de ses dons et de ses vertus.

Revenu à Solesmes en 1863, il y enseigna pendant 18 ans et avec le plus grand éclat les éléments du Droit canonique. Dans cet intervalle, touché par les misères qui suivirent la guerre de 1870 , pris tout particulièrement de compassion pour la condition des malades pauvres et considérant qu'ils sont la plupart du temps privés à leurs derniers moments de tous secours spirituels, il institua dans sa maison paternelle, sous le patronage de Sainte Françoise Romaine, les Servantes des Pauvres auxquelles il donna une formation sage et forte et qu'il agrégea à la famille bénédictine au moyen de Constitutions régulières.

Très austère pour lui-même, mais d'une grande bonté pour tous, le Fondateur brilla surtout par sa foi et son humilité, et il laissa à ses filles sa charité envers les pauvres comme un patrimoine particulier et un héritage remarquable.

Dom Leduc mourut en odeur de sainteté, le 27 novembre 1895, à la Maison Mère de la Congrégation où il est inhumé.