Servantes des Pauvres
Oblates bénédictines

Au fil des jours

« Retour aux nouvelles

Profession Perpétuelle de Sœur Marie-Karol06-08-2020

En la fête de la Transfiguration, le 6 août, Sœur Marie-Karol a fait sa Profession Perpétuelle, consacrant toute sa vie à Dieu et au service des malades Pauvres.

La veille, nous célébrions la sépulture de Sœur Marie-Reine, 96 ans. Le Père Abbé Dom Ange-Marie NIOUKY disait dans son homélie : « Viens, ô mon élue, en toi j’établirai mon trône, car le Roi s’est épris de ta beauté. Écoute, ô fille, et vois ; incline ton oreille ! » Sœur Marie-Reine a jubilé de joie en entendant ces paroles de l’Époux divin, au jour de sa consécration religieuse sur terre, et, maintenant, qu’elle a pleinement consommée le sacrifice de sa consécration, elle s’empresse de répondre : « Ancilla Christi sum… » « Je suis la servante du Christ et je ne crains pas de le montrer ! » Notre Sœur jubile sans doute davantage maintenant, là où elle vient de faire son entrée solennelle, après tant d’années de services discrets, revêtue de sa robe nuptiale, son habit religieux, dans lequel elle va être inhumée pour être aussitôt reconnue du Seigneur pour son “épouse“. Au moment où elle achève ainsi sa course, elle remet le tablier à sa sœur cadette. »

« Sœur Marie-Karol, demain, vous direz oui, pour toujours, à l’Unique Époux ! - Quelle joie ! Quelle grâce ! – Oui à l’Époux fidèle auquel est restée attachée jusqu’à la fin, par grâce, votre aînée, Sœur Marie-Reine. Elle vous confie son tablier de service, à vous qui voulez marchez sur ses pas en suivant le Christ et servant les plus Pauvres. Voilà un héritage spirituel à la fois doux et pesant. Il est non seulement à conserver mais surtout à faire fructifier. »

Quelques jours plus tard, le 14 août, Jeanne recevait l’habit de Servante des Pauvres et le nom de Sœur Agnès-Marie, au cours de la cérémonie du Mandatum, marquant son entrée au Noviciat, « temps privilégié où la novice, à l’écoute de l’Esprit Saint, a l’occasion d’approfondir, de discerner et de confirmer son appel à la vie religieuse dans la congrégation des Servantes des Pauvres. »

Et le 15 août, en la solennité de l’Assomption, nous chantions et invoquions l’intercession de Notre-Dame :

Seigneur notre Dieu, par l’intercession de Marie notre Mère,
garde toute ton Église, baptisés, consacrés et ministres ordonnés,
dans sa mission prophétique :
qu’elle proclame avec douceur et persévérance la beauté de toute vie humaine,
qu’elle témoigne de ta tendresse envers toute personne en situation douloureuse,
qu’elle poursuive sans se lasser sa mission d’éclairer les intelligences et les consciences
pour un juste discernement des techniques biomédicales offertes à l’ingéniosité humaine.
Amen.

Profession Perpétuelle de Sœur Marie-Karol – 6 août 2020

Extrait de l’homélie donnée
par le Très Rde Père Dom Ange-Marie NIOUKY,
Abbé émérite de l’Abbaye du Cœur Immaculé de Marie,
de Keur Moussa au Sénégal

Ce n’est pas par hasard que votre profession est célébrée en ce jour de la Transfiguration, jour de grande lumière et de joie indicible ! La Providence veille ; votre fondateur, particulièrement sensible à cette date du 6 août, veille également.

Le mystère de la Transfiguration sera l’icône privilégiée qui vous accompagne, pendant votre exil, votre pèlerinage sur terre ; par cette icône, vous serez comme “connectée“ au Christ, Source de Lumière divine. Son contact rend toute chose nouvelle ; sa présence adoucie les épreuves. N’oubliez donc jamais ce lien vital : une relation de vie, à la Vie ! La vie consacrée serait sans intérêt et sans la joie : « un saint triste est un triste saint ! » Vous connaissez cette maxime d’un saint, saint François de Sales. La vie consacrée reste inféconde lorsqu’elle ne rayonne pas cette joie de l’Évangile. La Joie est signe de la présence du Bien-Aimé au plus intime de celui ou de celle qu’Il appelle à Lui. Lorsque ce dynamisme intérieur manque, l’élan missionnaire se dilue et l’Évangile n’est plus perçu à travers celui qui se donne ou celle qui s’est donnée, une fois pour toutes au Seigneur. En fixant cette Lumière qui jaillit de l’icône de la Transfiguration, l’élan vous reviendra. L’expérience du Tabor a servi, tout leur vie durant, aux apôtres, non seulement ceux qui étaient avec Jésus sur la haute montagne, mais, à tous ses disciples qui se sont succédés, de génération en génération, jusqu’à nous, aujourd’hui.

Que cette même expérience vous serve auprès des malades, tous les nécessiteux vers lesquels vous êtes envoyée. Alors, vous pourriez témoigner avec assurance, à la suite de l’apôtre Pierre : Le Christ Jésus « a reçu de Dieu le Père l’honneur et la gloire quand, depuis la Gloire magnifique lui parvient une voix qui disait : « Celui-ci est mon Fils, mon Bien-aimé ; en Lui j’ai toute ma joie. Cette voix venant du ciel nous l’avons-nous-mêmes entendue quand nous étions avec Lui sur la montagne » (cf. 2 P 1, 17b-18).

Et de même avec l’apôtre saint Jean : « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé […] nous vous l’annonçons, afin que vous aussi soyez en communion avec nous. » (1 Jn 1, 1-4).

Comme l’apôtre Pierre, désirez fortement ne plus en être séparée de Christ, votre Époux divin : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! », disait-il. Avec vos sœurs et les fidèles ici présents, ou qui s’unissent à notre prière et à l’action de grâce de l’Église, nous vous souhaitons une bonne route. Car tout commence avec cet engagement ; une alliance nouvelle, et pourtant ancienne, elle remonte à votre baptême. Aujourd’hui elle est renouvelée de façon plus consciente, pour l’éternité.

Que la Mère du Sauveur et Modèle parfait de ceux qui essaient de suivre le Seigneur de plus près dans la sequela Christi, vous accompagne toujours et très fortement.