Servantes des Pauvres
Oblates bénédictines

Au fil des jours

« Retour aux nouvelles

Homélie de Don Étienne en notre chapelle de Meyzieu11-07-2020

Homélie de Don Étienne
pour sa 1ère Messe en notre chapelle de Meyzieu

11 juillet 2020

Solennité de saint Benoît

C’est une grande joie pour moi de venir célébrer chez vous, mes sœurs, cette première Messe, et je vous remercie de votre accueil ; je suis très touché d’y venir le jour de la saint Benoît dont vous êtes à l’école. C’est en effet un des points communs entre nos deux communautés, cette spiritualité bénédictine qui fut si chère à notre fondateur.
Aujourd’hui, nous nous réjouissons donc auprès de saint Benoît, et ces grandes fêtes sont toujours pour nous l’occasion de s’arrêter, le temps d’une journée pour « faire mémoire » comme aime à le dire le Pape François.

1 - Faire mémoire pour rendre grâce

  • rendre grâce pour saint Benoît, lui-même. Le modèle de sa vie donnée à servir le Christ…
    Sa sagesse, la Règle qui fait encore aujourd’hui grandir tant de religieux et de moines dans la sainteté.
  • rendre grâce également pour notre vocation, pour l’appel du Seigneur. Il nous a donné gratuitement, sans aucun mérite de notre part.
  • rendre grâce enfin, mais il y a sûrement tant d’autres occasion d’action de grâce, rendre grâce pour nos communautés, la communauté des Servantes des Pauvres, qui nous ont permis de répondre à notre vocation, qui se sont mises au service de l’appel du Seigneur sur nous.

2 - Faire mémoire « pour se convertir »

La grande vertu de cet exercice de mémoire est aussi de nous pousser à la conversion. Faire mémoire nous amène à voir nos incohérences et nous recentrer sur la véritable finalité de notre vie. Les lectures d’aujourd’hui peuvent être un guide pour ré-axer notre vie :

  • Saint Pierre fait mémoire de son appel : « Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre » et se pose la question de la finalité : pourquoi ? Qu’aurons-nous ? Et le Christ va lui faire lever les yeux vers le ciel : « Tu auras le centuple et en héritage la vie éternelle ! »
    Voilà le vrai sens de notre vie, avoir en héritage le ciel, la vie avec Dieu et aider tout homme à obtenir la vie éternelle. (Sainte Thérèse)
  • D’un autre côté, saint Paul qui exhorte à l’unité : « Ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. »
    C’est un trésor si important dans nos communautés, l’unité. Sommes- nous des serviteurs de l’unité ? Souffrons-nous pour l’unité ? C’est la grande prière du Christ avant de monter sur la Croix : « Que tous soient un ». Sommes-nous des serviteurs de ce grand désir du Christ ?
    Saint Benoît, par toute sa vie, a servi l’unité de l’Église, en communauté et par une vie donnée dans la prière.

Alors, oui vraiment, que cette fête soit l’occasion de rendre grâce à l’ombre de ce géant de la sainteté et de se mettre de nouveau à son école pour avancer, se convertir vers la vie éternelle en cultivant ce lien de l’unité.
Prions les uns pour les autres ; prions pour notre fidélité à nos vocations respectives, et je me confie à vos prières, mes sœurs pour que je sois un prêtre selon le cœur de Dieu ; vos prières sont vraiment un trésor précieux, nécessaires et même vitales pour la vie des prêtres et particulièrement ceux fraîchement ordonnés.