Servantes des Pauvres
Oblates bénédictines

Au fil des jours

« Retour aux nouvelles

Le confinement chez les Servantes des Pauvres, vu par le Noviciat 09-05-2020

Le 26 février dernier marquait l’entrée en Carême pour toute l’Église. Nous nous y engagions activement, encouragées à ne rechercher que l’Unique nécessaire, Jésus… nous ignorions toutes alors quelles allaient être les conditions que nous réservait la Providence pour vivre cette Sainte Quarantaine…

Le 21 mars, la fête de notre Bienheureux Père saint Benoît et de notre Mère Générale, ne rassemble qu’un petit comité très réduit et masqué des sœurs de Saint-Sauveur et du Noviciat… contraste saisissant avec les festivités du bicentenaire de la naissance de Dom Camille LEDUC d’il y a tout juste un an ! L’étonnante clôture de cette année jubilaire nous fait percevoir davantage, s’il en était besoin, les forts liens de famille qui unissent toutes nos communautés ; même nos sœurs de la Doutre ont dû rester confinées chez elles… Et pour cause : l’irruption soudaine du Covid-19 nous a entraînées au cœur d’une ‘tempête inattendue et furieuse’ où nous nous sommes retrouvées ‘dans la même barque que tous nos frères et sœurs en humanité’ pour reprendre les mots de notre Saint Père. Les bancs des fidèles se sont vidés dès le 15 mars, le chœur s’est réduit de moitié… il semble que la contagion n’épargne personne : au Noviciat, et surtout à Saint Sauveur, jeunes et moins jeunes sont rapidement ‘couronnées’ par le virus… la contre-attaque ne se fait pas attendre, aux grands maux, les grands remèdes ! pour repousser l’envahisseur, toutes les communautés prennent les mesures adaptées et ce, vigoureusement : vigilance, prudence et prière sont les mots d’ordre.

Premièrement, les mesures d’hygiène et la ‘distanciation’. Le masque fait désormais ‘partie’ de l’habit en ce temps d’épidémie, tandis que les places au chœur et au réfectoire se répartissent dorénavant en damier pour laisser un espace suffisant entre chacune. Le lavage des mains multiplié cause quelques embouteillages aux lavabos aux heures de pointe et nous suivons avec docilité les consignes des ‘gestes barrières’.

Deuxièmement, le confinement strict pour nos sœurs malades et nos sœurs âgées les plus vulnérables de la communauté de Massabielle : elles ont pour obédience de ne pas quitter leur chambre et nous édifient par leur esprit d’obéissance, de patience et de prière. Grâce à la bonne sonorisation, elles peuvent suivre la Messe et tous les Offices, les lectures du réfectoire et avoir chaque matin un joyeux bonjour de notre Mère Générale qui leur donne les nouvelles du jour et des intentions de prière. Le chapelet de Lourdes leur est également retransmis. Le service des malades à domicile se poursuit, avec la plus grande prudence, pour protéger au maximum et les malades, et les sœurs. Il reste notre belle part. Le Noviciat vit un confinement à son rythme : si les cours sont dispensés sans grand changement – les cours de Solesmes nous sont retransmis ‘par correspondance’ – il se vit le plus possible ‘au grand air’ où le jardin et la grande maison mobilisent toutes les énergies pour des activités de jardinage, bricolage, bûcheronnage ou grands ménages !

Troisièmement, la prière et l’offrande quotidienne restent nos armes les plus efficaces et nous unissent aux intentions très nombreuses qui nous parviennent de nos proches, de l’Église et du monde. Lors de la messe quotidienne célébrée en notre chapelle par notre aumônier, ce sont toutes ces intentions que nous présentons au Seigneur, demandant pour chacun bénédiction et protection. Si le calme inhabituel de la ville pouvait sembler nous faire oublier le drame que nous traversons, cette prière nous permet d’y vivre en plein cœur. La veillée de prière ‘Urbi et Orbi’ du 27 mars nous est retransmise par la radio dans notre chapelle, devant le Très Saint sacrement exposé ; un Rosaire vivant se déploie dans toutes nos communautés en communion avec nos sœurs moniales de l’Abbaye Sainte-Cécile ; et la statue de Notre-Dame de Pontmain est installée au pied du grand crucifix de la galerie, nous redisant sans cesse son message d’espérance et d’encouragement : « Mais priez, mes enfants, mon Fils se laisse toucher. Dieu vous exaucera en peu de temps ». Enfin les Offices de la Semaine Sainte et les célébrations Pascales ravivent notre foi en la présence agissante et victorieuse du Christ Ressuscité… et nos joyeux ‘alleluia’ courent se répandre et rejoindre les cœurs de tous ceux qui nous sont proches, emportés par la volée de notre cloche joyeusement fidèle à son poste.

Concluons par un petit rappel de notre Bon Père : « le grand médecin des âmes, c’est Notre-Seigneur ; Allez souvent le consulter dans le Saint Sacrement et que la Divine Eucharistie soit toujours votre remède et votre consolation. » Le Jour de Pâques, le chœur s’est de nouveau rempli et le fameux virus semble avoir laissé place à la victoire du Ressuscité. Que Sa joie et sa Paix vous remplissent le cœur et que sa Présence réconfortante vous accompagne tout au long de ce Temps Pascal ! Merci Seigneur pour le « déconfinement de nos cœurs ! »