Servantes des Pauvres
Oblates bénédictines

Au fil des jours

« Retour aux nouvelles

100 ans : une première dans la Congrégation !02-02-2014

En ce 2 février, qui était aussi la journée de la Vie Consacrée, nous avons eu la joie de fêter les 100 ans de notre sœur Marie Éliane. Elle est la première centenaire de la Congrégation et garde ‘bon pied, bon œil’. Elle est entrée dans notre famille religieuse le 7 mars 1939 et a fait ses premiers vœux le 8 septembre 1941… il y a 73 ans. Une longue vie au service du Seigneur et des malades Pauvres.
Ad multos annos, chère sœur Marie Éliane !

Sœur Marie Éliane
Sœur Marie Éliane
Sœur Marie Éliane
Sœur Marie Éliane
Sœur Marie Éliane

 

Homélie du 2 février

Présentation du Seigneur au Temple

Le petit enfant vient au Temple, présenté par Marie et Joseph pour accomplir la Loi : « Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur ». (Ex 13,2) Cette consécration des premiers-nés au Seigneur faisait mémoire de la sortie d'Égypte, du Dieu sauveur qui avait libéré son peuple de la servitude. Marie et Joseph s'inscrivent dans cette mémoire du peuple en venant à Jérusalem présenter leur enfant pour obéir à la Loi. Mais l'événement ouvre plus encore un ordre nouveau qui s'accomplira à Jérusalem au jour de la croix. Au Temple, c'est Dieu qui offre son Fils à l'humanité. Là, il invite à reconnaître le « grand prêtre miséricordieux et fidèle, capable d'enlever les péchés du monde ». (He 2, 17)

La Présentation est une annonce du mystère de Pâques. Le rite des lumières se retrouvera d'ailleurs dans la nuit sainte de Pâques pour fêter la Résurrection. Syméon prophétise ce temps de la Passion auquel Marie sera associée de manière singulière : « Vois ton fils, qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Ton cœur sera transpercé par une épée. Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d'un grand nombre ». (Lc 2,34) Si Marie n'a pas subit les douleurs de l'enfantement, elle connaîtra d'autres douleurs, celles d'un enfantement spirituel au pied de la croix. Là, elle deviendra la mère d'un peuple nouveau selon les paroles mêmes de Jésus : « Voici ta mère ». (Jn 19,27)

Si la Présentation est une annonce du mystère pascal, le nom oriental, d'où est originaire la fête, est hypapante, c'est à dire rencontre. La Présentation est la fête de la rencontre de Dieu avec son Peuple : « Accourons à la rencontre de notre Seigneur et de notre roi, purifiés et éclatants de lumière, non pour obéir, mais poussés par l'Esprit », dit saint Cyrille de Jérusalem. En allant à sa rencontre nous le recevons lui-même comme le chante le psaume dans l'Introït : « Nous avons reçu, ô Dieu, ta miséricorde au milieu de ton Temple ». (Ps 47,10) Recevoir la miséricorde, c'est accueillir le salut dans la foi au Dieu de l'Alliance. Le chant de louange de Syméon est bien un don de l'Esprit : « Maintenant mes yeux ont vu le salut que tu as préparé à la face de tous les peuples ». (Lc 2, 29) Aujourd'hui, nous-mêmes rendons grâce pour le jour où le Seigneur est venu à notre rencontre, pour ce jour où nous avons reçu sa miséricorde au milieu de son Temple, l'Église.

C'est par l'Église et avec l'Église que nous rencontrons le Seigneur au jour de notre baptême, c'est une rencontre unique, elle se vit dans le secret du coeur. Toute notre existence dépend de cette rencontre et chaque jour elle doit se consolider, s'affermir pour répondre à cet appel. Cette rencontre se précise au jour de notre mariage, de notre consécration religieuse ou de notre ordination. Chacun répond à l'appel du Seigneur en reconnaissant sa présence dans sa vie. C'est avec les yeux de la foi, dans la lumière de l'Esprit que nous rencontrons Jésus pour demeurer avec lui. (cf. Jn 1, 38-39)

Il n'y a pas de vocation en dehors de ce mouvement intérieur et profond d'un amour qui répond à l'amour, qui seul suffit à combler une vie. Ce fut l'expérience de Syméon et d'Anne, de Marie et de Joseph.

Ce fut également votre expérience Sœur Marie Eliane. Au cœur de l'Église, depuis votre tendre enfance, vous avez reçu l'amour du Seigneur et vous êtes allée à sa rencontre dans la vie religieuse. En vous, Dieu a réalisé ces promesses. Le jour de votre naissance était éclairé par cette lumière de la Présentation et déjà, l'Enfant Jésus vous conduisait. (Cf. Verset de l'Alléluia ; Ant. Magt 1ères Vêpres) Comment ne pas rendre grâce aujourd'hui, tandis qu'après tant d'années, vous demeurez dans le Temple en servant Dieu jour et nuit dans la prière (peut-être pas le jeûne !) mais la prière et la louange.

Ce jour de fête réveille en vous la joie de cette rencontre originelle et vient stimuler votre foi. L'Enfant vous entraîne dans ce mouvement d'offrande de vous même pour vous élever au sommet de la joie spirituelle. Laissez donc l'Enfant vous porter dans l'action de grâce pour toutes ces années au service des autres, des pauvres et des petits, pour ceux qui vous ont transmis la foi, pour vos parents, votre famille humaine et votre Communauté. De fait, on ne choisit pas le nombre de nos jours. Comme le Psaume 89 le chante : « Le nombre de nos années soixante dix, quatre vingt pour les plus vigoureux ». Anne avait atteint l'âge de 84 ans ! Là, vous faites exploser les statistiques avec vos cent ans ! Comme vous le dites parfois, « jamais je n'aurais pensé vivre jusque là ! » C'est dans la foi que l'on s'en remet au Seigneur, c'est lui qui décide. C'est dans la foi aussi que l'on goûte l'éternité. Dans la foi, le chrétien dépasse la mort qu'il vit comme un passage, en plaçant son cœur en Dieu, dans la lumière et dans la paix. Le chrétien désire de tout son être ce face à face. C'est pourquoi l'Église aime reprendre chaque soir à Complies le Cantique de Syméon : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix selon ta parole ». Aujourd'hui, ma sœur, la liturgie vous invite à orner la chambre nuptiale de votre cœur (Ant. Adorna) pour y recevoir la miséricorde en communiant à la vie de votre Roi par l'hostie consacrée. Puisque la lumière de ce jour fut celle de votre naissance, qu'elle demeure toujours en vous. Et nous « Allons à la rencontre du Christ en portant nos lumières, entrons dans le temple de notre cœur pour trouver celui qui est à la fois temple, Dieu et Messie pour qu'avec les anges, nous chantions à pleine voix : Saint, Saint, Saint est le Seigneur de l'univers ». (Saint Cyrille de Jérusalem)

Amen.