Servantes des Pauvres
Oblates bénédictines

Au fil des jours

« Retour aux nouvelles

Petite chronique de Keur Moussa 19-11-2018

Petite chronique des Servantes des Pauvres
de Keur Moussa - Sénégal

Notre dispensaire de Keur Moussa fait partie de l’ANPSCS : Association Nationale des Postes de Santé Catholiques du Sénégal. Cette association regroupe 74 Postes de Santé et son domaine d’action est la santé de proximité au service des plus défavorisés. « Ce que vous faites aux plus petits des miens, c’est à moi que vous le faites » Mt 25.

Elle se donne donc pour mission d’organiser ou de soutenir des postes de santé compétents et fonctionnels et leur vocation résolument préventive et éducative, spécialement auprès de la mère et de l’enfant. Notre service s’adresse donc à toutes les catégories de la population mais avec une priorité marquée pour les plus déshéritées, sans distinction de races et de religion. Dans notre structure – à l’image du pays - la très grande majorité des consultants est de religion musulmane. Nos domaines d’intervention sont :

  • curatifs d’une part: consultations générales, consultations pédiatriques, prise en charge de la malnutrition aiguë sévère ou modérée ;
  • et préventifs d’autre part : vaccination, consultations prénatales, planning familial naturel, nutrition.
    La prévention et le contrôle des endémies locales visent surtout le paludisme, les maladies diarrhéiques, les maladies hydriques, la tuberculose.

Dans le domaine de la nutrition certains postes, dont le nôtre, fabriquent déjà de la farine enrichie et l’ANPSCS projette de créer une unité de production de ces farines de façon à donner à tous les postes le moyen de s’investir davantage dans la lutte contre la malnutrition. Dans la population des enfants de moins de 59 mois, un enfant sur cinq souffre de retard de croissance, un enfant sur dix est atteint d’une forme modérée ou sévère de malnutrition aigüe et sept enfants sur dix sont atteints d’anémie. La pauvreté constitue certes l’une des principales causes de ce problème mais d’autres facteurs interviennent tels que les mauvaises habitudes alimentaires ou les mauvaises conditions d’hygiène. C’est pourquoi la réduction de la malnutrition chez les enfants est une priorité.

Ces derniers mois, le dispensaire n’a pas désempli. Très tôt, dès 5 h du matin, les malades viennent prendre rang sur les bancs extérieurs en attendant l’ouverture des portes. Les consultations journalières avoisinent, au minimum, 150 enfants et une centaine d’adultes. Et pourtant, en cet hivernage qui s’achève, nous n’avons pas eu à soigner les nombreux cas graves de paludisme des années précédentes. Les statistiques sont là pour le prouver. L’explication – et c’est heureux - réside dans l’efficacité des campagnes de prévention et les distributions gratuites de moustiquaires imprégnées. Leur protection, durant les heures de la nuit, privent les anophèles des proies faciles que sont les dormeurs. Par contre les dermatoses pullulent et les malnutritions touchent encore un trop grand nombre d’enfants. Les plus Pauvres restent au cœur de notre mission.

Si vous veniez nous visiter aujourd’hui vous seriez surpris de constater que les lieux sont devenus beaucoup plus accueillants. A la suite de sa visite au dispensaire, notre évêque, Monseigneur André Gueye, nous a proposé d’élaborer un projet d’aménagement intérieur et extérieur : carrelage des sols et des bancs des salles d’accueil et des allées de la cour intérieure, auvents pour protéger les malades des intempéries, réfection des peintures des salles d’attente et de consultations, etc. Nous remercions l’organisme allemand qui, en lien avec le diocèse de Thiès, a pris ces travaux en charge. Il nous reste à gérer les nombreuses et quotidiennes coupures d’électricité, réel handicap pour la bonne marche du dispensaire.

Notre communauté – cinq sœurs – se situe à l’ombre des deux abbayes bénédictines de Keur Moussa et de Keur Guilaye… Soutien fraternel inestimable au cœur de notre mission. En 2016, nous avons fêté nos 50 ans de fondation missionnaire à Keur Moussa, au Sénégal. La célébration de ce jubilé d’Or a permis de percevoir les fruits de tout ce qui a été semé au long de ces années, dans l’humble quotidien de notre vie religieuse, au service de Dieu et des malades pauvres. Notre mission là-bas reste aussi belle qu’exigeante et nous percevons combien votre prière est un immense soutien. Depuis les débuts, des Aides sénégalaises travaillent à nos côtés, avec compétence et attention aux plus Pauvres. Sans elles, nous ne pourrions assurer cette belle mission au service des malades.