Servantes des Pauvres
Oblates bénédictines

Au service des Pauvres et de leur famille

Notre-Dame de la Rue

Qui n'a pas entendu parler du petit oratoire, installé dans un renfoncement de mur, entre les n° 5 et 7 de la rue de la Harpe ? Désormais il fait partie du décor familier pour le tout-venant…

« Les plus malheureux seront leurs préférés… » sans doute, parce qu'ils sont les préférés de Notre-Dame.

Après avoir sonné au n° 9, pour recevoir quelques provisions pour sa famille, un papa, accompagné de ses deux enfants, remonte la rue ; en passant devant l'oratoire, il s'arrête, observe les deux sœurs au travail, puis engage la conversation :

- « Ben, vous croyez à tout ça, vous ? à Lourdes ? Vous croyez aux miracles ? Vous croyez qu'elle fait des miracles, elle, et qu'elle peut guérir ? Moi, je suis à la “Cotorep” à 50%, j'ai une hernie discale ; je suis inopérable ; Je n'peux plus travailler. J'avais un emploi aux abattoirs : mais comme je n'peux plus rien porter, je n'peux plus travailler. »

Tout à coup, il change de conversation :

- « Ma sœur, j'peux vous poser une question indiscrète ? Est-ce que c'est vrai que vous n'avez pas d'enfants ? Moi, j'ai des enfants ? Qu'est-ce que vous en pensez, c'est bien ?
- « J'aimerai bien guérir vous savez, parce que c'est dur ! Vous croyez, vous, aux miracles ? »

Et ainsi pour les uns et les autres : s'arrêter, échanger quelques mots en passant ; c'est l'occasion d'ouvrir son cœur quelques instants, et de déposer quelque lourd souci, quelque peine profonde… le temps de lâcher un moment son fardeau, avant de reprendre sa route peineuse. Pratiquement personne ne passera indifférent : un simple sourire, le geste de la main d'un chauffeur de voiture… la rue est si étroite qu'il faut bien ralentir.

Plus tard, c'est une dame qui passe :

- « Vous savez, je l'aime bien ! Souvent je passe devant elle, et je la prie ! J'habite près de Bressuire, mais en ce moment je loge à côté, depuis que mon mari a eu une grave opération. Cela fait 15 jours qu'il est en réanimation. Il a fait une complication pulmonaire. Je m'arrange avec des amis qui m'apportent du linge de rechange, pour lui et pour moi. Enfin, j'espère qu'il va bientôt sortir !… ça commence à aller mieux… »

À un autre moment, voici qu'un jeune, âgé de 16-18 ans, remonte la rue, en compagnie de 2 filles du même âge. Ils bavardent ensemble et leur conversation semble vive et bien gaie. Mais en approchant, le garçon regarde vers la statue. Arrivé à la hauteur de l'oratoire il interpelle la sœur. Malgré son ton gouailleur et son air effronté, son regard ne peut se détacher de Notre-Dame :

- « Elle est belle comme ça !… tout en or ! » ajoute-t-il.

En effet, la statue brille au soleil et se couvre de reflets dorés.

Le petit oratoire incite doucement à la prière, et la boîte aux lettres recueille tous les billets sur lesquels sont griffonnés des intentions, des messages, des appels :

  • Merci de prier pour moi, car je n'arrive pas à pardonner et à aimer comme Jacques Fesch.
  • Pour la conversion du cœur de mon gendre, pour qu'il retrouve le chemin du Seigneur, le sens de ses responsabilités vis-à-vis de sa femme et de leurs trois enfants.
  • Protégez et aidez mon fils dans son problème de drogue et qu'il se sente mieux au collège, merci.
  • la solitude me ronge ; j'ai toujours un sentiment de vide ; “il faut savoir donner pour recevoir”, j'ai un cœur empli d'amour. Que le destin guide mes pas vers le bonheur à deux. Je vous remercie chaleureusement pour vos prières. Que la Paix tombe sur le monde ! Mercredi 1er décembre - 23 h 15.
  • Si j'ai pu être sous la lumière de la grâce mariale, que cette grâce revive et me fasse connaître la route à suivre Que l'enfer mental et affectif que je vis depuis 6 ans, à cause de la solitude survenue à la perte de mon cher époux, disparaisse. Que mes enfants et ma petite fille chérie soient éclairés par la lumière divine, et que tout cela nous procure la paix. Merci à vous, en union de prières.
  • Priez pour mon fils, psychotique, nous l'aimons tant.
  • Pour qu'un couple en difficultés retrouve, enfin, une vie harmonieuse ; merci.
  • Des prières s.v.p. pour une maman et sa fille en grandes difficultés ; merci.

Une messe est célébrée spécialement tous les 15 jours, à la communauté, à l'intention de tous les protégés de Notre Dame des Rues.

Pour terminer, voici une petite anecdote : un matin, nous trouvons la Vierge décorée d'un collier – fabrication un peu malhabile – et, dans la boite à intentions, ce petit mot :

« le collier, ça vous plait ? »

Aussitôt nous accrochons à notre tour un autre collier – une simple ficelle – avec une carte : « Merci pour le collier ! »
Quelque temps plus tard, au dos de cette carte est écrit :

« C'est normal ! Vierge Marie, paix à toi et à tous ceux que tu aimes ! Merci "encore" pour tout. »